Conférences du Centenaire

100 ans de l’ACIT et du textile : Vision croisées d’élèves ingénieurs et de professionnels

M. LELEU, responsable qualité et service clients de la société belge Utexbel, a ouvert ce congrès du centenaire avec un aperçu rapide et humoristique des évènements les plus marquant de l’Histoire durant ces 100 dernières années. Toujours axée dans une lignée historique mais textile cette fois, M. LELEU a continué sa conférence en abordant le thème de la teinture et des instruments de mesure. Par le biais de quelques mises en scènes pratiques, il a notamment démontré les enjeux d’une bonne teinture, ou encore l’action d’un redresseur de trame pour tissu. Les différents profils de barque de teinture ont également été présentés, leur évolution permettant d’assurer une agitation du textile bien plus efficace que celle exercée autrefois manuellement. Trois étudiants de l’ENSAIT sont venus clore cette conférence en présentant deux machines de teintures innovantes exposées à l’ITMA en septembre dernier.

Mme Alexandra PISCO, directrice de Maisons de Mode à Roubaix, est intervenue pendant la première conférence historique afin d’apporter une vision moins technique des évolutions du textile depuis 100 ans. La mode a ainsi été influencée par les améliorations de textiles tels que le cuir extensible ou le lycra. A cette occasion, Mme PISCO nous rappelle avec humour qu’une femme enceinte a longtemps dû se contenter de porter des « tentes » en guise de robes, faute d’avoir un textile extensible. Depuis quelques temps, la mode est également influencée par « la rue ». Autrement dit, les créateurs s’inspirent désormais de jeunes adeptes d’un style de musique tel que le grunge ou le rock’n roll, ou encore d’évolutions sociales telle que l’indépendance financière accrue des femmes.

Alexandra Pisco

Innovations textiles en Recherche : Présentation de travaux de thèses de jeunes doctorants

 »"M. Gauthier BEDEK, enseignant-chercheur à HEI Lille, a présenté les travaux de quelques doctorants selon quatre thématiques : l’analyse du cycle de vie et les procédés d’éco-conception textile, les propriétés des matériaux textiles biosourcés, la fonctionnalisation des matériaux textiles et la méthode de caractérisation de l’irridescence textile. Ces thèmes étaient repris plus largement par une exposition de posters dans la cours d’honneur de l’ENSAIT.

A noter que le doctorant du GEMTEX M. ASHRAF a été récompensé cette année par le prix Théophile Legrand de l’innovation textile.

Doctorants

La chimie verte européenne : Bioraffineries, biotechnologies, perspectives pour le textile ?

     Daniel Thomas est le président du pôle de compétitivité industries et agro ressources ainsi que professeur en génie enzymatique et cellulaire à l’Université Technologique de Compiègne. Il nous a présenté le principe de la raffinerie végétale où la plante entière est valorisée. Il nous a aussi énoncé les différentes voie de transformation de la biomasse (voie sèche et voie humide). Les biotechnologies ont l’avantage de remplacer les molécules fossiles par des molécules minérales, de diminuer la production de gaz à effet de serre. Par contre, il faut une adaptation des sites industriels et il est important de surveiller le cycle de vie et le bilan environnemental des produits fabriqués.

Daniel Thomas

Les futures fibres cellulosiques artificielles : Procédés écologiques pour générer des fibres de demain ?

Patrick Navard est professeur à l’École des mines de Paris et fait parti du Centre de Mise en Forme des Matériaux (CEMEF). La cellulose est la molécule la plus abondante sur terre, elle est très agréable au toucher et ses propriétés mécanique augmente lorsqu’elle est humide. Il existe deux fibres principales qui possèdent cette molécule : la viscose qui se fabrique de manière très polluante et le coton qui utilise beaucoup d’eau lors de sa culture. Monsieur Navard nous a présenté différentes solutions écologiques pour créer des fibres cellulosiques artificielles en utilisant notamment des nouveaux solvants comme le procédé Lyocell, la dissolution NaOH-H2O et les liquides ioniques.

Patrick Navard

Les liquides ioniques pour la teinture des textiles : Potentialités de nouveaux milieux tinctoriaux

Madame Myriam Vanneste, manager recherche fonctionnalisation textile et modification de surface, travaille pour Centexbel, qui est le Centre Technique et Scientifique de l’Industrie Textile Belge. Myriam Vanneste nous a présenté les liquides ioniques pour la teinture textile. Après une présentation générale des liquides ioniques et leur application, elle s’est attardée sur les liquides ioniques utilisés pour la teinture du polyester et du coton entre autres. Les liquides ioniques utilisés ont de bonnes solidités à la lumière, au frottement et au lavage. Les premiers essais sont prometteurs et les recherches continuent.

Myriam Vanneste

Les apprêts probiotiques ou comment la biologie peut résoudre des problèmes d’allergènes sans traitement chimique. 

     M. Patrice VANDENDAELE, manager R&D de la société belge DEVAN, a présenté un des domaines d’études de son entreprise: les apprêts probiotiques. L’objectif est de diminuer les facteurs allergènes d’un textile. M. VANDENDAELE a notamment expliqué que les bactéries se développent très rapidement grâce une bonne communication entre-elles. « Ne viens pas ici, ce n’est pas bien ! » illustre-t-il pour les bactéries pathogènes à la recherche de sites favorables à leur développement. Ainsi, la désinfection totale n’existe qu’à l’instant zéro. Par ailleurs, désinfecter une zone libère de l’espace que les bactéries pathogènes vont pourvoir utiliser pour se multiplier. Grâce aux bactéries probiotiques, il n’est plus nécessaire de se trouver dans un environnement stérile : celles-ci se positionnent sur les zones libres de la surface des fibres, empêchant les bactéries pathogènes de s’y installer. Ainsi, les apprêts probiotiques désinfectent une surface sans traitement chimique.

Patrice Vandendaele

Ignifugation des matériaux textiles : les solutions de la Chimie Verte

Sophie Duquesne

Traitement biologiques des effluents de teinture sur lit bactérien

Messieurs Jean-François Gallet et Georges Bonjour sont tous les deux ingénieur chimiste pour Bio2E qui est un bureau d’étude traitant de la maîtrise des impacts environnementaux industriels (eau-air-déchets). Mr Gallet nous a présenté les différents traitements biologiques et le recyclage des effluents de la teinture sur lit bactérien. Après un passage rapide sur les traitements habituels possibles (biologiques, physicochimiques…), il nous a décrit le traitement des effluents colorés et celui des polymères (apprêt, impression pigmentaire). C’est avec un grand intérêt que le public a découvert le biofiltre BIOFIX qui permet entre autres la réduction du volume de boues et du risque de choses biologiques.

Jean-François Gallet-Georges Bonjour

Nouveaux colorants réactifs écologiques : Les propositions d’un grand groupe chimique

Docteur Jean-François Landre travaille pour la société HUNTSMAN à Lyon. Cette entreprise cherche et propose des solutions pour l’environnement. Dr Landre nous a présenté de nouveaux colorants réactifs écologiques : AVITERA ® SE. Ces nouveaux colorants permettent à une entreprise de teinture de diminuer de 50 % sa consommation d’eau, de 70 % sa consommation d’énergie et de 50 % la durée de teinture. Il n’existe pour le moment que trois couleurs : le jaune, le bleu ( deep blue) et le rouge. Ceci nous a donné envie à l’auditoire de s’informer un peu plus sur ces nouveaux colorants et leurs modes de fonctionnement.

Jean François Landre

 

 

Trois des cinq étudiants ayant aider Monsieur Leleu à réaliser sa conférence ont intervenu sur l’ITMA de Barcelone. Voici leurs discours :

Antoine Dodon

Bonjour Mesdames et Messieurs, c’est un honneur d’être devant vous aujourd’hui pour nous étudiant de l’ENSAIT.                                                            Vous êtes peut-être en train de vous dire : mais que font de jeunes gens dans une conférence historique ? N’ayez craintes ! Nous n’avons pas la prétention de croire que nous allons vous apprendre l’histoire de la chimie textile.

En effet, nous sommes là non pas pour vous parler d’histoire mais de présent plus particulièrement de l’ITMA 2011 de Barcelone qui s’est déroulé il y a quelques jours.

Anatole France a dit: « La jeunesse a cela de beau qu’elle peut admirer sans comprendre ».

Sur ce, soyez indulgent, l’ACIT ne nous a pas demandé de porter un regard d’expert sur les innovations présentes à l’ITMA mais plutôt une observation de jeune découvrant la chimie textile.

Je ne sais pas si vous avez eu la chance d’y aller aussi, le hall 7 vous évoquera peut-être quelque chose, car il aurait été difficile d’y rater une technologie omniprésente à l’ITMA 2011 : je veux bien sur parler de l’impression par jet d’encre.

Les nombreux constructeurs présents ont prouvés que cette technique était aujourd’hui plus que maîtrisée avec une excellente qualité d’impression pour une grande vitesse de production.

Qualité due en partie par l’incorporation de 8 jusqu’à 11 encres différentes sur une seule machine voire même des encres dites « spécifiques » comme les encres métalliques. Nous remarquons aussi l’utilisation de plus en plus courante de la voie aqueuse au détriment de la voie solvant et l’utilisation fréquente de l’impression par sublimation.

Nous avons donc des machines à la fois performantes, de qualité mais aussi flexible s’adaptant à tout type de matière : textile, papier, cravate, autocollant, drapeaux, etc.

Je vais laisser ma place à mes deux collègues, Olivia et Julie, qui vont vous parler de deux machines de teinture innovantes en termes d’écologie ou de fonctionnalité.

Olivia Cuchere

Je vais vous présenter la Riviera Eco Green, qui est une machine fabriquée par Alliance. La Riviera Eco Green permet de teindre des tissus en boyaux avec un rapport de bain faible 1/3.

Elle possède une pompe qui délivre un couple débit-pression optimal dépendant de la matière traitée et de la qualité à teindre. Cette pompe permet un unisson parfait tout en ne détériorant pas la matière.

La machine dispose d’une tuyère à air permettant de traiter sans cassures les tricots tubulaires et les tissus chaine et trame. C’est grâce à l’action de l’air que les tricots sont gonflés et les tissus chaîne et trame sont déplissés, cela entraine un déplacement des plis de la matière avant chaque imprégnation dans le bain de teinture. Il faut savoir que l’air utilisé est celui qui est à l’intérieur de la machine donc il est dans les mêmes conditions que la matière. Cela favorise la teinture des matières difficiles à unir.

Finalement, cette machine de teinture occupe une place minimale au sol avec une capacité de chargement optimum sur une large gamme de matière traitée. Elle a des cycles de teinture courts et des cycles de rinçage raccourcis grâce à un nouveau système de vidange. Elle est simple d’utilisation et ne nécessite pas de formation supplémentaire pour un teinturier.

Tout cela permet une productivité élevée.

Julie Druet

Je vais maintenant vous présenter la nouveauté de ce salon, toujours chez Alliance: la machine Rotora Y&F. Y pour Yarn et F pour Fabric. Comme son nom l’indique, elle permet de teindre simultanément les fils (enroulés sur bobines) et les tissus.

Les tissus et les bobines sont enroulés sur des ensouples qui sont elles-mêmes mise en rotation. Cela permet donc de teindre en ne remplissant que le fond de la cuve par le bain de teinture, plutôt que de remplir la totalité de la cuve. Cette solution est particulièrement économique puisqu’elle permet de gagner:

  • en eau
  • en Produits Auxiliaires de Teinture
  • en énergie: chauffage et refroidissement du bain
  • en temps.

Il y a également un système de circulation du bain à l’intérieur des ensouples, ainsi que des sprays qui sont situés au-dessus des ensouples afin d’arroser les parties non-immergées des bobines et du tissu.

Pour finir, on peut noter qu’il est possible d’effectuer un échantillonnage sans avoir besoin de vider la cuve grâce à un compartiment situé en bout de cuve.